Animaux

Mon chien ne veut pas sortir : Les solutions

La distraction n’est pas que du ressort de l’être humain. Les animaux ont aussi le droit de se détendre. Ils jouissent de ce droit de plusieurs manières dont les balades. Paradoxalement, ce droit de balade ne fait pas l’unanimité au sein de toutes les espèces animales. Certains chiens par exemple n’aiment pas sortir. Une attitude qui indispose les maîtres de ces animaux domestiques. Ils se lancent alors à la quête permanente de solution afin de changer la donne.

Consulter un vétérinaire

Ça doit être le premier réflexe à avoir. L’envie de ne pas se balader que manifeste un chien n’est pas l’expression d’une simple volonté. Elle est, pour la plupart des cas, due au dysfonctionnement de leur état de santé. Certaines pathologies sont en effet à l’origine du dégoût de sortir chez les chiens. Les boiteries, les couinements de même que les vomissements sont des illustrations parfaites. La maladie de boiterie se caractérise par une incapacité du chien à faire des navettes avec un ou plusieurs de ses membres. Tout parallélisme fait, ce malaise s’apparente presque à la paralysie chez l’être humain. Cet état de chose peut à raison justifier la paresse de sortir puisque les membres qui pourront assurer le mouvement sont hors usage.
À la suite des boiteries, l’autre obstacle qui empêche le chien de sortir, ce sont les couinements. Ils sont un canal de langage par lequel l’animal domestique s’exprime. Cependant, les couinements peuvent véhiculer l’état de douleur que ressent le chien. Le constat est plus vérifié chez le chien qui n’avait pas l’habitude de couiner. Les chiens qui ont un âge relativement avancé sont plus exposés aux couinements. Dans l’un ou l’autre des cas, il est recommandé de se rapprocher de son vétérinaire pour s’imprégner des motifs inhérents à l’attitude du chien.

Lisez aussi cet article  Pourquoi mon chien me fixe ?

Désensibiliser le chien

Le gardien d’un chien qui refuse de sortir est tenu de mettre tout en œuvre afin d’extirper du corps de son animal la phobie qui habite en lui. Ceci passera par l’effectivité de la phase de désensibilisation ou d’habituation. Cette phase consistera à confronter le chien avec l’élément pour lequel il manifeste son incompatibilité. Le propriétaire peut par exemple projeter des vidéos qui diffusent la circulation automobile, l’éclat du tonnerre, le coup de feu sans occulter les objets pétaradants. L’animal peut en outre être assujetti au stimulus. L’objectif étant de bannir la peur qui règne en lui depuis des lustres.

Détourner l’attention du chien

Il paraît peut-être banal, mais sa mise en œuvre nécessite deux paliers à franchir :

  • La contribution des friandises ;
  • Et l’utilisation des objets divertissants du chien.

L’utilité des friandises pour le chien se fera sentir lorsque le propriétaire de l’animal contraindra celui-ci aux promenades. Il suffit que le chien s’attèle à déguster ses friandises afin de marquer son indifférence au mouvement extérieur. Quant aux objets divertissants, ils sont un excellent moyen pour détourner l’attention du chien. Il serait de ce fait merveilleux que le gardien de chien amène celui-ci à la balade en compagnie du doudou de l’animal.

Changer l’habitude du chien

L’initiative doit bien évidemment émaner du gardien. Ce dernier doit penser à changer d’air ou d’environnement à son chien. Autant, il est fatigant pour l’être humain de vivre dans le même milieu, autant, il est fatigant et même ennuyant au chien de ne pas découvrir d’autres lieux. Les gardiens de cet animal se doivent alors de diversifier les lieux de promenades lorsqu’ils réussiront à contraindre l’animal. L’autre paramètre à ne pas négliger est le rythme de promenade. Il ne sert à rien de se promener plusieurs fois avec son chien. L’idéal serait de privilégier de petites balades sur de courtes durées.

Lisez aussi cet article  Comment s’y prendre pour construire une maison pour tortue de terre ?

Sortir en groupe d’animaux

La solitude est un mauvais maître. Elle oblige à se renfermer sur soi. Le propriétaire d’un animal ne saurait en aucun cas admettre une telle manière de se comporter à son chien. L’alternative la plus crédible pour l’interdire est d’efforcer son chien à cheminer avec ses congénères qui sont fanatiques des promenades. Ces derniers pourraient l’inciter à entrer dans la danse; toute chose qui lui permettra de se rendre compte que les sorties ne sont pas synonymes de danger.

Apprendre la marche au chien

En cas d’impotence fonctionnelle partielle, l’apprentissage de la marche est l’ultime astuce pour faire sortir le chien. Les séances d’apprentissage doivent se tenir dans un cadre calme afin d’éviter au chien toute déconcentration. Au cours des séances, le guide positionne la laisse en fonction de sa latéralité manuelle. Il ajuste les pattes antérieures du chien au même niveau que son pied. En ce qui concerne l’épaule droite de l’animal, elle est ramenée au niveau de la jambe du guide. C’est à la suite de ce préalable que la fatidique partie d’esquisse de pas vient clore la séance.
Au demeurant, il faut retenir que le fait que le chien décide de ne pas sortir n’est pas sans cause. Mais déjà heureux que des moyens existent pour contourner la situation en toute sérénité.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *